Imprimé le 27/06/2016

 

  • Un ami vous recommande ...

----------------ULiSSE----------------

UNITE DE LOGISTIQUE INTERNATIONALE    SERVICES ET SOUTIEN  AUX EXPERIENCES

ULISSE et DACCIWA

Ulisse a organisé ce mois l’implantation d’une expérience Franco-allemande, sur le site de Savé, au Benin. Opération complexe, mêlant chargement de conteneurs, transports routiers, maritimes, grutages, auxquels s’ajoutaient des opérations douanières toujours compliquées en Afrique, Elle a été menée de main de mâitre par Stéphanie CHATELAN, Responsable du Service Exploitation d’Ulisse, qui, assistée de Jean baptiste ABELE pour la partie européenne {exploitant Ulisse} a piloté, organisé, et s’est rendue sur le terrain pour contrôler la bonne exécution de nos prescriptions, et permettre une livraison au jour dit.. Accompagnée d’Arnaud MANSAT, cinéaste « attitré » d’Ulisse, vous pourrez voir sur son blog les premières images de cette expérience. Un film sera réalisé d’ici quelques mois, et, pourquoi pas, présenté au prochain Festival International du Film de Chercheur, comme VODAVOS cette année, sélectionné, et finaliste de cette prestigieuse compétition


Nouveauté

ULiSSE organise désormais des stages destinés à mettre en conformité les Unités qui doivent recevoir et/ou expédier des marchandises dangereuses en partenariat avec CNRS Formation Entreprises. Obligation réglementaire de l’ADR (Art. 1.3.1), cette formation permet aux agents de mieux appréhender cette réglementation. Ces stages donnent lieu à délivrance d’un certificat, conforme aux obligations ADR.

Pour en savoir plus :

Transport de Marchandises Dangereuses. Formation de base.

Transport de Marchandises Dangereuses. Spécialisation Produits biologiques.
Transport de Marchandises Dangereuses. Spécialisation gaz.
Transport de Marchandises Dangereuses. Spécialisation Produits radioactifs


Actualité

L’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a temporairement interdit aux compagnies aériennes de transporter des batteries au lithium-ion dans la soute de leurs avions passagers, rejoignant les recommandations de la FAA américaine en attendant l’élaboration de nouvelles normes de conditionnement en 2018.
Dans son communiqué du 21 février 2016, l’OACI précise que cette interdiction sera valable sur tous les vols passagers à partir du 1er avril. Les appareils électroniques des passagers (ordinateurs, smartphones, tablettes etc.) ne sont bien sûr pas concernés tant qu’ils sont emportés en cabine. Et le transport de ces batteries peut continuer à se faire en avion cargo, à condition qu’elles ne soient pas chargées à plus de 30%. Cette interdiction temporaire « va être maintenue pendant que le travail se poursuit en parallèle à l’OACI, afin d’établir de nouvelles normes sur le conditionnement des batteries au lithium, attendues en 2018 », a déclaré Olumuyiwa Benard Aliu, président du Conseil de l’OACI.
L’organisation précise aussi que cette mesure a été prise à la demande des syndicats de pilotes et des compagnies aériennes, tous arguant de raisons de sécurité (plusieurs compagnies avaient déjà acté cette mesure de façon unilatérale). Des tests menés par la FAA avaient démontré que les avions n’étaient pas conçus pour résister au dégagement de chaleur et aux incendies qui peuvent être déclenchés par un nombre limité de batteries en cas de surchauffe ou de court-circuit. Et ce risque d’incendie avait été prouvé de façon spectaculaire en janvier 2013, quand les batteries au lithium-ion de deux Boeing 787-8 Dreamliner d’ANA (All Nippon Airways) et Japan Airlines avaient pris feu – les 50 Dreamliner en service à l’époque étant alors cloués au sol pendant plus de trois mois. Et le NTSB avait conclu que le crash en 2011 d’un 747F d’Asiana Airlines avait provoqué par un incendie du au mauvais conditionnement de batteries au lithium-ion.

Pour faire suite à la note de l’OACI interdisant le transport de batteries lithium en soute, vous trouverez ci-après des précisions sur le transport aérien de piles et batteries au Lithium Ionique

Bagages passagers

La nouvelle restriction ne vise pas les piles/batteries au Lithium Ionique qui se trouvent dans des appareils électroniques portatifs transportés par des passagers, soit dans leur bagages de cabine soit dans leur bagages enregistrés.

Les passagers ne doivent pas placer les piles/batteries au Lithium Ionique de rechange dans leurs bagages enregistrés ; ils doivent les placer dans leur bagages de cabine ou les garder sur eux.

L’appareil muni d’une batterie peut aller en soute et en cabine ; la batterie de rechange doit rester avec l’agent.

Bagages expédiés comme fret par voie aérienne

Désormais, les piles/batteries au Lithium Ionique ne doivent plus être placées dans des bagages non accompagnés comme fret.

Les piles/batteries au Lithium Ionique qui se trouvent dans des bagages mal acheminés ou dans un excédent de bagage expédiés comme fret sont autorisées à condition qu’elle satisfassent aussi aux exigences des points 1 et 2 ci-dessus.

Si un bagage est égaré, une personne devra physiquement le récupérer auprès de la compagnie.

Prescriptions et règlementation des transporteurs aériens

Les passagers doivent vérifier les règlements des administrations locales et des transporteurs aériens pour s’assurer que toutes et tous se conforment pleinement à toutes les prescriptions applicables à leur voyage.

La nouvelle interdiction est d'application impérative et doit être respectée par tous les Etats parties à la Convention relative à l’aviation civile internationale

Les Cie aériennes doivent respecter la règlementation, mais peuvent être plus restrictives : un agent partant en mission sous couvert d’un carnet ATA, peut se voir refuser son instrument de mesure contenant une batterie au Lithium, et ce, que ce soit en cabine, en soute…

A voir, au cas par cas.

Actualité

ULISSE et DIAPHANE

Exemple, parmi d'autres, de l'implication d'Ulisse au coeur même de la science : Dans le cadre...

Les nouvelles procédures douanières

Revenir en haut de page